5 jours après,

Estrelha, mon amour, mon étoile,

Tu es partie. Celai fait cinq jours. Quand j’ai compris que tu partait pour de bon, ce matin là, je n’ai pas su quoi faite, comment réagir. C’était pourtant prévu, mais puisque je ne savais pas quand « ça » aurait lieu je l’avais presque oubliée, ta première phrase après notre première fois : « Un jour, je partirais, je ne sais pas quand mais quand ça arrivera il faudra que tu me laisse partir, tu ne me retiendra pas. Mais pour le moment, je reste ! » as-tu conclu en m’embrassent fougueusement. Nous avons refait l’amour et j’ai vite oubliée ton étrange phrase. Les semaines passaient et nous sommes passés de plan-cul à sexfriend puis à amant et enfin, mais nous étions foutus depuis le début, nous avons osé dévoiler nos sentiments à l’autre.

Quel magnifique instant ce fut, j’avais trouvé la femme de ma vie et elle m’aimait ! Car oui, peut importe ce que ton départ peu laissé penser, tu m’aimait, j’en suis certain. Et tu sais que je le sais. Si notre amour est l’une des choses les plus nettes de ma vie, ton départ restera pour toujours l’une des plus floues.

Pourquoi est-tu partie ? Je ne comprend pas. Notre couple, notre vie, allait pourtant bien non ? Et moi qui pensais te connaître… quelle désillusion ! Ce jour là, j’avais rendez-vous chez le bijoutier. Aujourd’hui nous serions certainement sortis pour fêter nos 4 ans, nous avons toujours tellement aimé célébrer chaque étape de notre relation, c’était, je crois, une sortie de renouvellement de vœux à chaque fois… Et en rentrant de t’aurais demandée en mariage. Je voulais passer le reste de ma vie avec toi. J’aurais parié beaucoup, énormément, peut-être même tout sur ta réponse. Aujourd’hui, je ne sais plus.

Je suis perdu sans toi. Et pourtant je n’arrive pas à t’en vouloir. J’étais prévenu. Aveuglé certainement, mais prévenu. Peut-être que j’aurais pu voir des signes annonçant ton départ, mais je crois que je me voilai la face, je ne voulais pas, j’avais oublié, ta prévision était oubliée, donc elle n’existait plus. Je crois que je savais et que j’ai donc tout fait pour ne rien voir, pour oublier, pour faire semblant. Et toit cela je m’en rend compte que maintenant, alors que je t’écris cette lettre. J’espère que ma bêtise ne t’auras pas -trop- rendu la tâche plus compliquée. Si c’est le cas je te pris de bien vouloir m’excuser, ou tout du moins me comprendre. Moi, je crois que je comprend, je comprend (sans savoir quoi comprendre), j’accepte, t’excuse et te souhaite la meilleure vie possible.

Je te comprend. Mais pourquoi ? Pourquoi est-tu partie ? Je t’aimais, mon dieu, je t’aimais… Et je pensais que ça suffirait ! Pauvre de moi… J’en viens à imaginer des scénarios impossibles : travaillait-tu pour une agence secrète  ? Le F.B.I. ? Ou alors alors un monde différent du notre existe, tu étais leur envoyée et ils t’ont rappelée à eux, ils t’ont forcés ! Les cruels. Tu ne voulais pas partir ! Estrelha, mon étoile… tu étais une créature mystérieuse, pleine de magie…

Estrelha ! Vois comment celui qui t’aime perd l’esprit. Sans toi il n’est plus rien… Sans toi je ne suis plus rien. Mon dieu, comme je t’ai aimée, comme je t’aime ! Je t’aimerais pour toujours. Et toi, je t’en supplie, aime-moi encore un peu. Je crois que si j’ai toujours une petite place (même la plus infime qu’il soit) dans ton cœur, j’arriverais à survivre, en me laissant ballotté par les remous de la vie. Mais si tu m’oubliais, alors je sombrerait profondément et coulerait à jamais.

Tu restera pour toujours mon étoile, ma lumière, mon guide. Les plus beaux moments de ma vie sont avec toi.

Celui qui t’aimera pour toujours,

Jules

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s