Aimer, cette fragilité.

Mais dans quelle énorme fragilité nous nous engageons en laissant notre coeur libre d’aimer. Une faiblesse pouvant être fatale. Le risque de tant de douleur, de doutes, pour un bonheur, certes inégalable, mais renversable si aisément.

Un mot, un geste, une minute peut tout changer, faire passer des toîts du monde, aux abîmes les plus profondes.

Et malgré le vécu, malgré les chutes, malgré la conscience du risque, nous recommençons, aimons, et rechûtons en douleur.

Plus le nombre de personnes à qui nous ouvrons notre coeur est élevé, plus notre fragilité et notre vulnérabilité augmente. Pourtant la joie augmente aussi souvent avec.

Que la vie est pleine de paradoxes ! Comment faire pour y survire ?! Pour vivre…

Ne pas aimer ? Voici une solution à toutes les souffrances. Cela en est aussi une, radicale, à toutes les joies profondes. Comment vivre sans aimer ?

Pourquoi se mettre dans un tel danger, totalement opposé à un instinct de survie, une fois, deux fois, et puis encore et encore, à plusieurs reprises ? Et nous aimons, une fois, une personne, une autre, une situation, une autre, une deuxième fois… Toujours en multipliant les failles, en laissant tomber les armes, les protections, parce qu’on « se sent bien », jusqu’à ce que tout s’effondre et que nous soyons blessés, au plus profond, là où nous avons laissé entre l’autre…

Une réflexion sur “Aimer, cette fragilité.

  1. Je vois le fait d’Aimer comme une force ou une folie!
    Peut-être que nous mettons trop d’attentes derrière l’amour et du coup dès qu’il s’enfuit nous nous brisons…
    Je réfléchis beaucoup à cela en ce moment.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s