Pensées sur la danse.

(archives – 11 janvier 2017)

Le sentiment que j’ai en dansant est celui de liberté et de folie. Liberté de bouger son corps sans aucune autre contrainte que le sien. Folie pour la même raison, celle de faire ce qu’on veut.

Folie et liberté vont assez bien ensemble en fait. Étant libre la folie nous prend. Je ne sais pas l’expliquer, ça me parait tellement logique, une logique implacable.

Danser sans musique est aussi très grisant.
Voir son corps bouger, sur un rythme imaginaire. Il bouge sans aucune contrainte. Parfois même j’ai l’impression que je ne lui ai pas dit de faire tel ou tel mouvement. Bouger en silence. La danse du silence.

La tarentelle est certainement un sommet de la danse.
Ma tarentelle est celle qu’on danse pour se perdre, pour oublier, pour se guérir. C’est une façon de se vider, émotionnellement, physiquement. Danser jusqu’au bout, danser comme on veut, danser dans un seul but : celui d’oublier, d’aller mieux.

Cette capacité à bouger harmonieusement (ou pas) son corps. C’est une force. J’ai une certaine fierté à être musclée, à pouvoir faire des choses avec mon corps sans que cela ne me demande un trop gros effort. Je le revendique presque, certaine fois.

Mais au delà de tout cela, la danse est une liberté, une force, un achèvement, une création, un sport, un art… Une vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s